Interview : Michel Bussi – La Cité Radieuse à Marseille, le 5 octobre 2018

20181006_120212.jpg

Cher(e)s ami(e)s lecteur(rice)s,

Suite à un concours organisé par les Editions Pocket, j’ai été invitée, hier soir, à rencontrer Michel Bussi pour la sortie en format poche de son roman On la trouvait plutôt jolie. Une rencontre qui s’est déroulée, autour d’un cocktail dînatoire,  à La Cité Radieuse à Marseille. Nous (environ une trentaine de personnes) avons chaleureusement été accueillies par le staff du restaurant, les professionnels de la Maison d’Edition Pocket ainsi que par Michel Bussi.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La soirée a commencé par une interview dirigée par un médiateur qui travaille avec les Editions Pocket. Un échange très intéressant au cours duquel j’ai découvert Michel Bussi, un auteur engagé et très humble.

S’en est suivi une séance dédicaces du roman On la trouvait plutôt jolie offert pas les Editions Pocket. Encore un grand merci à l’équipe ! 🙏😊

 

Et pour finir cette soirée en beauté, j’ai eu l’honneur d’interviewer Michel Bussi. Ma première interview auteur ! Je vous laisse imaginer l’état émotionnel dans lequel j’étais : émue, excitée, heureuse, face à ce grand auteur. Mais heureusement, ainsi que je l’ai écrit un peu plus haut, Michel Bussi est un homme très humble et qui sait mettre à l’aise. 

Assez bavardé, il est temps de laisser la parole à Michel Bussi ! 😀

Bonsoir Michel. C’est ma première interview auteur et c’est vraiment un honneur pour moi de vous interviewer. Cela va sans doute être un peu redondant par rapport à ce que vous avez pu déjà dire tout à l’heure mais…

(Sourire) Non, mais du coup, ça ira plus vite !

(Sourire) C’est tout à fait ça ! Alors voici ma première question. Comment et pourquoi avez-vous eu l’idée de ce roman¹ (On la trouvait plutôt jolie) ?

C’est venu avant tout – on ne peut pas le spoiler parce que c’est compliqué – mais c’est venu de l’idée du rebondissement qu’on trouve dans ce roman, et après naturellement de l’idée des migrants et, de l’idée d’une femme forte qui est une migrante et qui s’est imposée. Mais c’est vrai qu’au départ c’est venu de l’intrigue policière que l’on retrouve au fur et à mesure du roman. 

Vous avez écrit treize romans. Comment en êtes-vous venu à écrire ? Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

En fait j’ai toujours écrit et je ne peux pas dire que j’ai voulu écrire, un jour. Depuis que je suis tout petit j’écris et j’ai toujours voulu devenir écrivain. J’ai toujours écrit des bouts d’histoires. La difficulté ce n’est pas d’avoir envie d’être écrivain mais c’est de le devenir. J’ai écrit mon premier roman², j’avais trente ans mais il n’a pas été publié tout de suite. Je me suis accroché à ce rêve là et puis un jour, mon premier roman a été publié et après le succès est venu. J’ai toujours porté ça en moi de toute façon même si je n’étais pas publié, c’était un besoin d’écrire. J’ai toujours écrit!

Deux questions un peu plus personnelles. Quels livres, auteurs vous ont marqué et pourquoi ?

Il y en aurait énormément forcément mais si j’en cite qu’un, c’est Sébastien Japrisot qui a écrit, notamment, dans ses plus connus, L’été meurtrier et Un long dimanche de fiançailles en particulier. Car c’est après Un long dimanche de fiançailles que j’ai eu l’idée de mon premier roman, Gravé dans le sable. Dans Japrisot, on retrouve cette idée du roman qui est à la fois une intrigue policière mais qui va au-delà et qui rassemble du romanesque, de l’histoire, de la géographie. Avec aussi la force de l’intrigue. Avec un style, une volonté de travailler la forme. Donc c’est vrai que j’aime beaucoup les romans de Sébastien Japrisot par exemple.

Vous êtes écrivain et êtes certainement lecteur, quel est votre lecture du moment ?

Et bien là, le dernier roman que j’ai terminé c’est Sharko de Franck Thilliez.

Certains de vos romans ont été adaptés à la télévision, en espérez-vous ou en souhaitez-vous autant pour On la trouvait plutôt jolie ?

Oui j’espère vraiment ! C’est un petit challenge qu’il soit adapté. En plus, c’est sur un thème fort, avec une héroïne qui est malienne et peule donc j’espère qu’il y aura des producteurs qui auront le courage de monter ce film. C’est vrai que c’est potentiellement un sujet, un thème plus difficile mais justement le challenge est d’autant plus fort. Donc j’espère qu’il y en aura un film ou une série. Il y a des gens qui ont déjà accroché mais c’est vrai que c’est peut-être moins évident que mes romans précédents. Mais voilà, il faut un producteur qui ait un petit peu de courage.

Vous avez terminé un livre. Travaillez-vous actuellement sur un nouveau roman ? Si oui, pour quand est prévue sa parution ?

Oui, je n’arrête jamais. Quand un roman est terminé, le lendemain j’en attaque un autre donc c’est une espèce de flux continue. Je n’arrive pas à passer des jours sans écrire ou à me dire que je ne travaille pas sur un roman.  Je n’écris jamais deux romans en même temps mais par contre, dès qu’un roman est terminé je suis sur celui d’après. Il n’ y a pas de temps mort ! Et donc le prochain sortira au printemps !

Il ne nous reste plus qu’à patienter ! Merci beaucoup Michel pour cet échange ! Bonne fin de soirée !

Merci beaucoup à vous ! Et peut-être à une prochaine. Au-revoir !

 

¹Michel Bussi est membre du comité de soutien de SOS MEDITERRANEE
²Le premier roman de Michel Bussi est Gravé dans le sable

 

 

 

3 commentaires sur “Interview : Michel Bussi – La Cité Radieuse à Marseille, le 5 octobre 2018

    1. Merci ! J’avais préparé mes questions à l’avance dans l’espoir de pouvoir l’interviewer ! Et c’est chose faite ! Je suis trop contente ! C’est vraiment un auteur à lire. Le premier roman que j’ai lu de lui est « Nymphéas Noirs », un vrai de coup de coeur !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s