Benzos – Noël Boudou

Titre : Benzos

Auteur : Noël Boudou

Genre : Thriller psychologique

Editeur : Taurnada Editions

Format : Numérique

Nombre de pages : 218

Date de parution : 14/11/2019

Note : 5/5

Amis lecteurs, bonjour,

Aujourd’hui, je vais vous parler du second roman de Noël Boudou intitulé Benzos. Son roman figure parmi les cinq finalistes du Prix des Auteurs Inconnus.

#PrixdesAuteursInconnus #PAI #2019

*****

4e de couverture :

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l’étrange et l’impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

L’auteur :

Noël Boudou, né à Toulouse en 1974, travaille auprès de personnes âgées et vit aujourd’hui près de Cahors. Depuis l’âge de 16 ans, chanteur dans divers groupes allant du hard-rock au death metal, écrire ses textes de chansons lui donne un jour l’envie de s’essayer à raconter des histoires. Fan de Jim Thompson, Joe R. Lansdale et David Peace, c’est tout naturellement qu’il se tourne vers le roman noir. Son premier livre, Elijah (Flamant Noir), remporte le prix du Roman Noir 2017 lors du Festival de Cognac.

*****

La couverture :

Le titre :

A la lecture du titre et par expérience professionnelle, je pense tout de suite aux benzodiazépinex.

Les benzodiazépines sont des molécules qui agissent sur le système nerveux central et qui possèdent 5 propriétés fondamentales mais à des niveaux différents en fonction de leur structure chimique : 

  • Amnésiantes : qui favorisent la perte de mémoire
  • Anxiolytiques : qui agissent contre l’anxiété
  • Sédatives et hypnotiques : qui induisent le sommeil
  • Myorelaxantes  : qui décontractent les muscles
  • Anticonvulsivantes : qui traitent ou préviennent les convulsions

Suis-je sur la bonne voie quant à la signification du terme « benzos » ou s’agit-il d’autre chose ?

L’illustration :

Est représenté sur cette couverture, un homme de profil. Il semble hurler tout ce qu’il a au plus profond de lui. On peut lire, sur son visage et dans ses gestes, la souffrance. Je peux entendre son cri déchirant. C’est poignant, ça prend aux tripes. Le monochrome renforce ce sentiment et délivre un message qui nous mène droit au but. Et lorsqu’on établit le lien avec les benzos, on comprend rapidement de quoi il s’agit et ce vers quoi veut nous emmener l’auteur. Mais une question ne cesse de tourner dans ma tête : qu’a-t-il bien pu arriver à cet homme pour en arriver à cet état ?

Il me tarde de commencer la lecture de ce roman pour en découvrir la réponse.

*****

Mon appréciation :

A la lecture de la 4e de couverture, je m’attends à lire une histoire difficile et à faire la connaissance d’un personnage qui va perdre pied, se situer entre le réel et l’irréel, le palpable et l’impalpable. Je m’attends à une descente aux enfers, à de la souffrance, à du mal. Je ne sais pas comment l’auteur va aborder les choses mais j’ai hâte de le découvrir.

Dès les premières pages, l’auteur pose le cadre. Nous faisons la connaissance de Nick, un homme atteint d’un mal terrible et qui rend fou : l’insomnie. Le personnage principal est parfaitement développé. on peut suivre son calvaire appuyé par ses pensées, ses ressentis, ses comportements, à travers une scène répétée. C’est déroutant. C’est percutant, ça fait mal, on est mal… à l’aise. Tout comme lui, l’auteur nous manipule. C’est à devenir fou ! Nous sommes pris au piège. L’addiction du protagoniste nous enferme dans un cercle vicieux. Une question vient alors à l’esprit : comment sortir de cet enfer ? J’étais un peu sur la réserve concernant le procédé de répétition. Je craignais une lassitude, un ennui au fil de ma lecture mais il n’en fut rien. La scène se répète mais les réactions sont différentes. Je n’en dirai pas plus et vous laisse le soin de découvrir tout ça. Oserez-vous plonger dans les profondeurs du mal et vous confronter à la souffrance, l’incompréhension, la folie ?

Le style de Noël Boubou est fluide et addictif. Je me suis totalement laissée porter par sa plume. Les chapitres sont courts et s’enchaînent dans un rythme marqué par des dialogues et une narration riches et équilibrés. Tout y est crédible et réaliste. La structure du livre est cohérente. Nous retrouvons tous les ingrédients nécessaires à un bon thriller psychologique :  suspense et tension qui provoque chez le lecteur une certaine appréhension et le tient en haleine jusqu’au dénouement de l’intrigue. Le récit est rédigé à la première personne du singulier ce qui permet de créer une proximité avec le lecteur. En effet, nous partageons la vision des faites et les émotions avec le personnage principal (le narrateur). Nous pouvons nous identifier à lui et avons l’impression de vivre avec lui les événements. L’authenticité et la vraisemblance sont au rendez-vous. Tout comme le personnage, nous devenons accro. Je n’ai pas pu me défaire de ce roman avant de l’avoir terminé. C’est puissant, ça prend aux tripes. On a parfois envie que ça s’arrête et parfois envie de reprendre une dose et de continuer à sombrer.

Chers lecteurs, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman. Une bombe que je ne peux que vous conseiller. Mais oserez-vous aller dans les abysses de la folie humaine ? Oui ? Alors, n’attendez plus et procurez-vous ce roman !

Au plaisir de vous lire,

Mel

Liens utiles :

Où vous procurer ce roman :

> https://www.taurnada.fr/catalogue/thriller/benzosnb/

> https://livre.fnac.com/a13556010/Noel-Boudou-Benzos

Vous pouvez suivre Noël Boudou sur :

> https://www.facebook.com/boudounoel/

Un commentaire sur “Benzos – Noël Boudou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s